Daniel Jan

Daniel jan

Si vous n'avez pas retenu son nom, vous avez forcément retenu une de ses affiches ! Les plus grandes manifestations du territoire normand ont été illustrées par Daniel Jan. Cet artiste inventif à l'humour décalé expose à la ferme des Cara-Meuh du 14 septembre au 31 octobre. 

En savoir plus

Originaire de Villedieu-les-poêles, Daniel démarre ses études aux beaux arts de Rennes en option lithographie puis s'oriente vers les arts graphiques, la communication et l'illustration. Diplômé en 1975, il fait ses débuts à Paris et très vite il réalise des illustrations pour des magazines comme Libération, Cosmopolitain, Lui etc ...) ainsi que des pochettes de disque pour Claude Nougaro, Maxime Leforestion ou encore Daniel Humair.

En 1984, il commence à créer des affiches avec Jazz sous les pommiers. Daniel revient aux souces dans les années 90, et s'installe en Mayenne qu'il marquera de son empreinte en développant son talent d'affichiste.  Peu à peu, il réalise une série d'affiches uniques qui jalonnent depuis 20 ans les évélements du Sud-Manche. : parmi les plus récentes, celle du 70 ème anniversaire de la libération d'Avranches, ou encore celle de Jazz sous les pommiers, Jazz en baie, Rando Baie...

Poème réprésentatif écrit par : Alexandre Révérend

Daniel JAN est énervant il n’y a pas à tortiller.
Incapable de se contenter des images que l’on se fait avec les yeux, il cherche par tous les moyens à les coincer sur du papier cartonneux.
Taciturne et ronchon, affublé d’un véritable caractère de nain, il promène sa silhouette impossible de Café en Marchands de Couleurs à la recherche de nouvelles victimes.
A l’heure des premiers camions-poubelle
Quand le matin cherche à poindre, Daniel A l’Ouvrage déjà, bravement s’attèle
Provoquant le papier en un terrible duel
Sa grosse signature tout d’abord installée
Il répand traits et tickets numérotés
Considérant alors les parties à combler
Il ridiculise insectes et objets mêlés.
Daniel Jan est énervant, il n’y a pas à tortiller. »


Jean-Bernard Cacquevel  09/17

Jean-BERNARD cacquevel

Jean-bernard s'empare des lieux du 1 er septembre au 30 septembre.

En savoir plus

Jean-Bernard Cacquevel est situé au Mesnil-Rogues. Il donne naissance à ce que vous aimeriez avoir chez vous d’exceptionnel. Certaines de ses créations sont le fruit pur de l’inspiration du moment. La Fauve Connexion, résultat de sa démarche artistique, se veut insolite dans les lignes, pertinente dans les formes et les volumes ! Elle est chaleureuse par sa lumière, l’aspect final devient alors tactile. Passionné, il reste toujours à la pointe de son crayon et sous les étincelles de l’atelier.


PACO SUR LA TOILE  09/17

Paco sur la toile 

Paco expose dans la boutique de notre ferme du 1 er septembre au 15 septembre.

En savoir plus

 Pour lui, dessiner, peindre, est un loisir d'enfant. Au fil du temps, ce loisir est devenu une passion et c'est alors que tout peut être un sujet d'inspiration... Une rue de nuit, de journ un arbre, un visage triste ou joyeux, un tracteur rouillé, un château d'eau, un pont en béton ou métallique, un animaln même laid ! Ensuite, Paco nous raconte qu'il n'y a pas de mystère, " i lfaut juste travailler, mais avec une liberté totale". 


CLAUDE HIDRIO 08/17

CLAUDE HIDRIO

Du 1er au 31 Août 2017.

Vernissage le vendredi 4 Août à partir de 18h !!

En savoir plus

Avranchinais de naissance et inspiré par son père, Claude démarre le dessin à l’âge de 8 ans. Il exerce ensuite le métier de commercial en automobile à Marcey-les-grèves et reprend le pastel 5 ans avant la retraite. Cette passion innée refait surface suite aux conseils précieux de ses amis. Autodidacte et pastelliste, Claude Hidrio expose ses œuvres depuis plusieurs années. Il a reçu de nombreuses récompenses dans les salons normands et bretons. La précision de son travail aux pastels secs, le réalisme de ses tableaux et l'étincelle de vie qui émane dans les yeux de ses personnages sont unanimement appréciés.

Sensible, Claude aime exprimer les émotions “ on ne fait bien que ce qu’on aime” qu’il traduit à travers ses visages typés, croisés au hasard lors de ses voyages en Afrique ou à Cuba, sans oublier ses incontournables portraits d'animaux que lui souffle sa femme. Le tout, telles de véritables photographies, toujours en nuances et en contrastes, jeux d'ombres et de lumières que l'artiste affectionne particulièrement.

 

 


Hervé LASNIER 07/17

Hervé LASNIER

"Couleurs de Stars".                                                                                                                                                      Du 1er au 31 juillet 2017.

Vernissage le vendredi 7 Juillet à partir de 18h !!

Participer à l'événement facebook en cliquant ici !

En savoir plus

« Open’Art » : Rencontre à la ferme d’Hervé Lasnier, Portraitiste et coloriste passionné.
Suite à l’accrochage des 16 portraits d’Hervé, nous prenons nos aises et nous installons autour d’une bière locale afin de démarrer notre première interview. Inhabitués de notre côté, nous essayons d’opter pour un échange construit, qui prend vite une toute autre tournure... La banane à s’en faire mal au zygomatique et les oreilles grandes ouvertes, nous démarrons l’interview par une question très formelle !

Lucie :  Alors, Hervé, peux-tu te présenter ?

Hervé : Et bien que veux-tu que je te dise, je m’appelle Hervé, j’ai 67 ans et j’ai failli mourir de la coqueluche à 5 ans. En 1955, les bébés mourraient TRAGIQUEMENT car il n’y avait pas de vaccin. Ma mère a failli me perdre. Et voilà... D’où l’importance des vaccins.

Un silence s’installe puis le naturel revient au galop ! Nous éclatons de rire de l’étonnante réponse d’Hervé qui casse l’ambiance. Nous essayons de reprendre notre sérieux en formulant une autre question ...

Lucie : Dans ta présentation écrite, le nom de ton document s’intitule “Daddy”. Est-ce ton surnom réservé aux intimes ?

Hervé : Ah oui ! la question m’a surpris d’ailleurs, non ce n’est pas un surnom ! C’est ma fille qui s’est occupée de ça et qui a nommé le document ! Maintenant que j’y pense, cela pourrait avoir un rapport avec le musicien Marcel Dadi. Grand guitariste français qui a joué avec les meilleurs et qui a inventé une technique de guitare qui s’appelle la guitare « piking » mais comme je suis trompettiste ...

Lucie : A quel moment tu as su que tu voulais pratiquer la peinture ?

Hervé : C’est presque arrivé d’un coup ! Alors même si j’ai toujours dessiné, même si j’étais premier de ma classe et que j’ai eu 18 au bac en dessin, enfin bref.... Il y en a plein des gens comme ça. Pendant des années et des années, j’ai fait de la bande dessinée pour adulte.


Lucie : ah bon ? Comment ça pour adulte ? 
Hervé : Oui, enfin non ce n’est pas ce que tu crois... Adulte dans le sens trash et humour noir, ça c’est la fac de médecine parce que je suis pharmacien de métier ! Mais dans les années 80, c’est compliqué de sortir du lot surtout quand on n’habite pas Paris ! D’autant plus qu’on n’avait pas les moyens numériques d’aujourd’hui. Alors je me suis lassé ! C’est en 85, lorsqu’un copain musicien et très bon dessinateur est venu passer quelques jours à la maison et m’a conseillé de lire la biographie de Picasso. Il m’a dit « tiens, lis ça, tu vas voir, c’est génial ! »  Alors, j’ai lu cette biographie et là... je suis tombé complètement raide d’admiration de la carrière aussi monstrueuse de celle de Pablo Picasso. Et c’est à ce moment-là que j’ai eu le déclic ! Terminé les petites vignettes 8 cm sur 6 !

Lucie : As-tu suivi une formation ?

Hervé : Je me suis inscrit au cours du soir des beaux-arts de Rennes, je m’y rendais deux fois par semaine, mais au bout de deux ans, je me suis encore lassé. Le prof m’a dit « Mais Hervé, tu n’as pas besoin de nous » puis je me suis mis dans la peinture et je suis tombé dans la marmite !


Lucie : Quel genre d’artiste es-tu ? Plutôt Braque, Vasarely  ?
Hervé : Alors, j’ai essayé plusieurs styles, d’abord à l’huile, j’en mettais partout mes vêtements, alors je me faisais engueuler par qui vous soupçonnez. Et puis, il fallait attendre un temps infini pour que ça sèche donc je me suis mis à l’acrylique. Depuis, je n’ai jamais arrêté ! Et toujours en couleur ! Mais comme je te le disais tout à l’heure, j’ai essayé plusieurs styles. Comme Picasso. Enfin, toute modestie mise à part, tous les 10 ans, je change car je fais vite le tour et n’ai plus rien à dire. Peindre le même tableau toute sa vie, ce n’est pas fait pour moi. Alors, je ne suis sans doute pas un bon peintre, ni un grand peintre, ni même un peintre du tout, mais au moins je suis un créatif !


Lucie : Pourquoi des portraits aussi colorés ?

Hervé : Parce que je suis noir à l’intérieur, toujours un peu tu vois...  « Couci-couça » entre une dépression et une autre, enfin bref ! Ce qui est étonnant psychanalytiquement, c’est que j’envoie des choses très colorées. D’ailleurs c’est un psychiatre visiteur qui me l’a révélé, il m’a dit : « Vous, vous avez besoin d’être aimé ! » et là j’ai réfléchi et je me suis dit oui, j’aime bien qu’on m’aime 😊

Lucie : L’art a donc été pour toi un moyen d’expression ?
Hervé : Oui, TOTALEMENT ! le besoin de m’exprimer est un besoin que j’ai perpétuellement, tous les jours, du matin au soir !

Lucie : Et le jazz dans tout cela ? As-tu dû faire un choix entre les deux à un moment donné dans ton parcours professionnel ?

Hervé : Je pratiquais la musique à un niveau semi-pro, enfin amateur éclairé, enfin, bon niveau quoi,  mais j’ai été obligé d’arrêter. La musique m’a également permis de m’exprimer. La peinture est arrivée au bon moment dans ma vie, mais l’un n’a pas remplacé l’autre. Des fois, je peux être une journée sans rien dire ! Mais en réalité, je suis obligé de m’exprimer.

Lucie : Enfant, tu étais plutôt quelqu’un d’extraverti ou plutôt quelqu’un d’introverti qui avait besoin d’une forme d’art pour s’exprimer ?

Hervé : Dans ma jeunesse, j’étais un gamin sous la coupe de sa mère ! D’ailleurs, je le suis encore d’une façon ou d’une autre ! On reconnaissait mes talents puisque j’avais des bonnes notes à l’école mais ça s’arrêtait là ! Comme j’étais bon à l’école, dans une famille extra modeste, il n’était pas question que je me perde ! Je dois beaucoup à ma mère qui m’a fait apprendre la musique à l’âge de 8 ans. Mais de là à en faire une carrière, un projet, ma vie ; non ! J’ai poursuivi un parcours traditionnel pour faire plaisir, mais j’étais frustré d’être bridé dans une discipline de fer.

Lucie : ce n’était pas la suite logique...

Hervé : C’est ça, alors je suis devenu pharmacien ! J’ai pratiqué tout le reste en amateur éclairé parce que ce sont des choses qui m’intéressent autrement plus que de vendre des suppositoires à des mecs qui n’en ont pas besoin  !


Nous éclatons de rire une fois de plus et nous nous écartons légèrement sur le sujet qu’on évitera de détailler !

Lucie : Quelle est l’amorce de ton travail ?

Hervé : La première chose que je fais, c’est de me mettre dans la peau de l’artiste que je peins, alors pour ça, je me documente sur leur vie, leur passé...Avant, je peignais des jazzmen, des pêcheurs, des paysages enfin tout un tas de trucs ! Mais rien qui ne ressembla à untel ou untel. Je ne peignais pas Armstrong avec sa trompette mais un trompettiste !

Lucie : Tu peins principalement des artistes morts, c’est parce que tu aimes les artistes eux mêmes, ou bien parce qu’ils t’ont véhiculé une émotion ou un souvenir en particulier ?

Hervé : Mes souvenirs sont tous en noir et blanc ! Les artistes de mon époque que je vois dans ma cervelle sont tous en noir et blanc (Charlie Chaplin, les tontons flingueurs etc...). J’adapte mes photos en enlevant tout ce qui est anecdotique, je garde le portrait tel qu’il est en leur donnant des couleurs qui en principe expriment le charisme de l’artiste. Ce que j’aime, c’est la créativité artistique, c’est la beauté des gens, même ceux qui ne sont pas beaux, sont intéressants !

Lucie : Chacune de tes toiles dégage une intensité, donne un charisme à part entière aux personnages, on imagine très facilement un contexte derrière, est-ce-par rapport aux couleurs que tu appliques ?

Hervé : Oui, le contexte se fait avec les couleurs. La lumière arrive naturellement sur mon sujet sans que je le lui la notifie sur la toile. L’émotion, je la tire d’un fait précis. Lorsque les artistes sont sur scène, les projecteurs les illuminent et ils passent par toutes les couleurs que ce soit vert, jaune, rouge, bleu, rose, violet etc ! Les artistes parlent d’eux-mêmes, je n’ai pas besoin d’ajouter quoique ce soit !

Lucie : Une chose que tu voudrais ajouter Hervé ?

Hervé : Que la peinture m’a appris la modestie !

Hervé : ...Je crois qu’on à fait le tour !

Lucie : Merci à toi Hervé, rendez-vous vendredi 7 !


Jean Pierre Lahcene 06/17

JEAN PIERRE LAHCENE

Sculpture, peinture et photographie.                                                                                                                                      Du 1er au 30 juin 2017.

Venez à sa rencontre lors d’un pot le vendredi 16 Juin à partir de 18h !!

Participer à l'événement facebook en cliquant ici !

En savoir plus

Inspiré par la Baie et son Mont, l’archipel de Chausey et les petits ports de pêche, Jean Pierre s’adonne depuis plus de vingt ans à l’art de l’aquarelle et plus récemment à la photographie pour capturer un instant, saisir une lumière, les cieux mouvementés... La sculpture est son cheval de bataille, demandant une énorme réflexion en travaillant sur trois dimensions. Peindre de l’abstrait sans étreinte et n’avoir pour seule limite l’imagination : une spontanéité, un ressenti puis une réflexion ; penser puis créer une couleur, un mouvement, une forme...

Jean Pierre nous invite à décoder ses toiles.

 

 


Annick GUERIN-FOLLEN 05/17

Annick GUERIN-FOLLEN

Aquarelles.                                                                                                                                                                         Du 1er au 31 Mai 2017.

Vernissage vendredi 05/05 à partir de 17h30.

Participer à l'événement facebook en cliquant ici !

En savoir plus

Aquarelles, entre émotion et imagination, ses paysages sont rythmés par un souffle d’air frais. Les couleurs d’Annick GUERIN-FOLLEN, nous entraînent et nous délestent. Être dans le paysage, le saisir avec un étonnement toujours renouvelé, maîtriser une lumière parfois capricieuse, un arbre tortueux à contre-jour, ou encore la transparence de l’aube constituent l’essentiel de son travail, un travail de titan, simplement pour installer ses rêves.

 

 


Catherine Valette 04/17

Catherine Valette

Entre Terre et Mer.                                                                                                                                                        Du 03 au 27 avril.

Venez rencontrer l'artiste lors d'un pot de décrochage le jeudi 27/04 à partir de 17h.

 

En savoir plus

Aquarelles, acryliques ou huiles, Catherine Valette s'inspire de ses voyages ainsi que de ses lieux de résidences pour exercer son art (Polynésie, Martinique, pays du Cotentin...)

Différentes techniques entre la Terre et la Mer sont à découvrir ce mois-ci!

http://www.valettecat.com/

 


Hugues Panec 03/17

HUGUES PANEC

Découvrez la peinture acrylique au couteau!

Tout le mois de mars.

Vernissage vendredi 03/03 à partir de 17h.

Stages les 6, 7, 8 et 9 mars, participez à l'événement facebook en cliquant ici !

En savoir plus

Hugues Panec expose tout le mois de mars à la ferme!

Portraitiste à la base, il s'est tourné vers la mer qui offre beaucoup de possibilités tant au niveau des couleurs, des matières, des mouvements mais aussi parce que c'est un élément de la nature qu'il affectionne depuis son plus jeune âge.

-Son site: http://www.hugues-artistepeintre.fr/

Inscriptions stages: 

Thérèse Dauvin: 06 33 36 53 36

Cara-Meuh! : 02 33 70 82 40


Noëlle Bréhier 02/17

Noëlle Bréhier

L'Inde s'invite à la ferme. Crayon, Pastel, Huile.  

Tout le mois de février.

Vernissage vendredi 10/02 à partir de 18h.                                                              

Participer à l'événement facebook en cliquant ici !

En savoir plus

Noëlle Bréhier de retour d'Inde nous raconte son voyage au travers de ses toiles.


Mireille Thébault 01/17

Mireille Thébault

Tout le mois de janvier!

En savoir plus

Après avoir créé son jardin « Le clos Millet » qu'elle ouvre deux fois par an au public, Mireille Thébault eu l'envie de raconter cette nature, ses fleurs, ses arbres avec ses pinceaux et ses pastels.

Votre Panier


TVA Inclus
Sous-total
0,00€
Livraison
0,00€
Taxes
0,00€
Total
0,00€

Commander
Votre panier est vide